Les urgences hyperglycémiques

L’acidocétose diabétique et l’état d’hyperglycémie hyperosmolaire ont comme cause commune une insuffisance en insuline.

Il existe deux types d’urgences hyperglycémiques : l’acidocétose diabétique ainsi que l’état d’hyperglycémie hyperosmolaire. Ces situations nécessitent une intervention médicale d’urgence, car elles peuvent entraîner des conséquences graves, tel un coma, voire même la mort, si elles ne sont pas traitées.

Ces complications peuvent survenir lors de situations particulières, entre autres, lors des jours de maladie.  

L’acidocétose diabétique

L’acidocétose diabétique survient principalement chez les personnes diabétiques de type 1. Elle se caractérise par l’hyperglycémie, souvent supérieure à 20 mmol/L, avec la présence de corps cétoniques dans le sang ou l’urine.

Les corps cétoniques proviennent de la dégradation des graisses. Leur accumulation dans le sang est toxique pour le corps. Cette situation survient lorsque le corps manque d’insuline et qu’il doit puiser dans ses réserves de graisse pour obtenir l’énergie que lui fournit habituellement le glucose.

L’acidocétose diabétique peut survenir lors de l’oubli ou de l’omission d’une dose d’insuline, d’un mauvais ajustement de la dose d’insuline,  d’un arrêt de la pompe à insuline ou d’un problème médical grave (ex. : infarctus, pneumonie).

Les symptômes suivants sont associés à l’acidocétose diabétique :

  • respiration profonde et rapide
  • haleine fruitée (odeur cétonique)
  • nausées, vomissements
  • douleurs abdominales
  • changement de l’état de conscience, confusion, agitation, comportement inhabituel

L’état d’hyperglycémie hyperosmolaire

L’état d’hyperglycémie hyperosmolaire survient principalement chez les personnes diabétiques de type 2. Cet état est caractérisé par l’hyperglycémie, souvent supérieure à 30 mmol/L, et une déshydratation sévère.

Lors d’une hyperglycémie, l’accumulation du glucose dans le sang augmente la fréquence et le volume des urines. Ceci peut occasionner une perte excessive d’eau et causer une déshydratation importante. Peut s’ensuivre une baisse de la pression sanguine menant à une altération de l’état de conscience et, éventuellement, au coma s’il n’y a aucune intervention médicale.

Le manque d’insuline est en cause. Par contre, contrairement à l’acidocétose diabétique, il n’y a habituellement pas d’accumulation importante de corps cétoniques dans le sang ou dans l’urine puisque l’insuline n’est pas totalement absente.

Les symptômes sont principalement ceux de l’hyperglycémie tels que des urines fréquentes et abondantes, une soif intense et une grande fatigue ainsi que des signes de déshydratation tels que la bouche sèche, les yeux creux, la peau moins élastique, etc.

Les personnes ayant une atteinte de la fonction rénale sont plus susceptibles de subir des épisodes d’hyperglycémie hyperosmolaire car le rein élimine moins bien l’excès de glucose dans le sang, en situation d’hyperglycémie.

Les personnes âgées, lesquelles  ressentent moins la soif, sont aussi plus à risque.

Quand consulter d’urgence?

Consultez un médecin sans délai si une ou plusieurs de ces situations se présentent:

  • Aucun liquide n’est toléré en raison de vomissements ou de diarrhées;
  • Il y a changement de l’état de conscience chez la personne, tel que confusion, agitation, absence de réaction aux stimulations, hallucinations ou comportement inhabituel;
  • Il y a présence de signes de déshydratation : bouche sèche, yeux creux, peau moins élastique, etc.;
  • La température corporelle est au-dessus de 38,5°C depuis plus de 48 heures.

Chez la personne diabétique de type 1 :

  • La glycémie est supérieure à 14 mmol/L et il y présence de corps cétoniques: 
    • dans l’urine : taux « moyen » à « fort » (valeur au-dessus de 4 mmol/L)
    • dans le sang : valeur au-dessus de 1,5 mmol/L
  • La glycémie est supérieure à 20 mmol/L avec nausées, vomissements et/ou douleurs abdominales

Chez la personne diabétique de type 2 :

  • La glycémie est supérieure à 25 mmol/L avec somnolence excessive.

Prévenir les urgences hyperglycémiques

En plus des conseils de base pour prévenir l’hyperglycémie, les recommandations suivantes peuvent vous aider à prévenir une urgence hyperglycémique.

Pour la personne diabétique de type 1 :

  • Vérifier la présence de corps cétoniques dans l’urine ou dans le sang lorsque la glycémie est supérieure à 14mmol/L ou lors de jours de maladie.
  • Mesurer plus fréquemment la glycémie et suivre le protocole établi par votre équipe de soins lors des jours de maladie.
  • S’hydrater adéquatement si la glycémie est supérieure à 14 mmol/L.

Pour la personne diabétique de type 2 :

  • Mesurer plus fréquemment la glycémie et suivre les recommandations de votre équipe de soins lors des jours de maladie.
  • S’hydrater adéquatement (250 ml d’eau toutes les heures) si la glycémie est supérieure à 14 mmol/L.

 

Recherche et rédaction : Équipe de professionnels de la santé de Diabète Québec

Juin 2014 (mise à jour juin 2018)

©Tous droits réservés Diabète Québec

 

Références :

Geoffroy L. et Gonthier M. (2012). L’hyperglycémie et l’acidose diabétique. Dans Le diabète chez l’enfant et l’adolescent, 2e édition. Montréal :Éditions du CHU Ste-Justine, p.355-364

J. Goguen, J. Gilbert. Diabetes Canada 2018 Clinical Practice Guidelines for the Prevention and Management of Diabetes in Canada: Hyperglycemic Emergencies in Adults. Can J Diabetes 2018;42(Suppl 1):S109-S114.

Unité de médecine de jour métabolique de l’Hôtel-Dieu du CHUM. (2013) Les urgences hyperglycémiques : l’acidose diabétique et l’état hyperosmolaire. Dans, Connaître son diabète pour mieux vivre. Montréal : Les Éditions Rogers limitée, p.196-201

Consultation du protocole d’Info-Santé sur l’hyperglycémie (2011).