Cette fête, qui rime avec sucreries, peut représenter un stress pour le parent d’un enfant vivant avec le diabète ! Voici quelques astuces pour rendre cette fête agréable pour tous.

Pas que des friandises

La fête de l’Halloween va bien au-delà du simple plaisir de manger des friandises. Installer les décorations, s’amuser à découper la citrouille, choisir le costume, regarder un film d’Halloween, faire un maquillage spécial à l’enfant et, bien sûr, passer de porte en porte avec la famille et les amis sont toutes des activités qui créent l’ambiance festive.

Et pourquoi ne pas offrir un sac de surprises non alimentaires aux enfants ? Autocollants, tatouages temporaires, figurines, crayons et autres petits jouets amusants aux couleurs de l’Halloween peuvent être tout aussi appréciés que les bonbons! Ils complèteront à merveille les surprises sucrées.

Trier les trésors récoltés

Une fois de retour à la maison après la tournée, c’est le moment du tri. Cette montagne de sucreries colorées exposées sur la table est bien tentante ! Voici certaines suggestions pour aider l’enfant à gérer son butin, et c’est bon pour tous les enfants!

  • Laissez l’enfant manger quelques friandises le soir même de la fête en donnant la quantité d’insuline requise avant la dégustation. On peut aussi combiner avec une source de protéine pour minimiser le risque d’hyperglycémie suivie d’une hypoglycémie.
  • Les bonbons qui se savourent plus longtemps, comme les sucettes, les bonbons durs ou les gommes à mâcher, les gâteries à moins de 15 g de glucides (tablette de chocolat et bonbons en gelée en format mini, petits sacs de maïs soufflé, barre aux fruits déshydratés, etc.), ainsi que quelques favoris de l’enfant, peuvent faire partie du lot de bonbons qui seront gardés.
  • Une partie des bonbons (pas les chocolats et les croustilles) pourrait aussi être séparée dans des petits sacs en portions de 15g de glucides pour traiter des hypoglycémies futures. Il est par contre important que l’hypoglycémie ne soit pas la seule occasion pour l’enfant de manger des bonbons.
  • Proposez un échange : une partie des bonbons contre une surprise non alimentaire, mais attrayante, comme un jouet ou même une sortie au cinéma.

Après l’Halloween

  • Gardez les bonbons hors de la vue dans une armoire de la cuisine.
  • Fixez un nombre maximal de friandises à consommer pendant les quelques jours qui suivent la fête. Cette règle devrait s’appliquer à toute la famille. Offrez de petites quantités de sucreries, par exemple à la fin d’un repas, toujours en effectuant les ajustements d’insuline nécessaires.

Il est normal que votre enfant mange plus de bonbons qu’à l’habitude durant cette occasion. En imposant des limites équitables pour tous les membres de la famille et en proposant des stratégies pour réduire les risques d’hypoglycémie ou d’hyperglycémie, vous montrez à l’enfant qu’il est possible de manger toutes sortes d’aliments. Cela l’aidera à développer une saine relation avec la nourriture.


Des ressources pour vous aider

Ressources externes


Recherche et rédaction: Équipe de professionnelles de la santé de Diabète Québec

Juillet 2022