L’insuline chez la personne diabétique de type 2

L’initiation d’un traitement à l’insuline ne devrait pas être perçue comme un échec.

Les personnes atteintes du diabète de type 2 peuvent avoir besoin d’insuline lorsque le plan d’alimentation, la perte de poids, l’activité physique et les médicaments antidiabétiques ne permettent pas d’atteindre les glycémies visées.

Le diabète est une maladie qui évolue et il se peut que le corps nécessite éventuellement des injections d’insuline pour palier sa diminution de production par le pancréas . C’est pourquoi l’initiation d’un traitement à l’insuline ne devrait pas être perçue comme un échec.

Le traitement à l’insuline peut s’ajouter à une médication antidiabétique ou la remplacer complètement. Peu importe le traitement, les habitudes de vie (alimentation, activité physique, gestion du stress) demeurent au cœur de la gestion du diabète.

Plusieurs personnes sont réticentes à s’injecter de l’insuline pour diverses raisons :

  • Peur de la douleur ou des aiguilles
  • Sentiment de culpabilité
  • Sentiment que c’est le « dernier recours »
  • Peur des hypoglycémies
  • Peur du gain de poids
  • Souvenir d’un proche ayant eu recours à l’insuline

Si c’est le cas, n’hésitez pas à discuter de vos craintes avec un professionnel de la santé. Certaines d’entre elles proviennent peut-être de fausses croyances. Vous en apprendrez davantage sur le traitement tel qu’il est aujourd’hui et vos peurs pourraient être diminuées. L’insuline est, pour plusieurs, un moyen efficace d’atteindre un bon contrôle des glycémies, lequel permet de prévenir ou de retarder certaines complications du diabète à long terme.

Toute personne diabétique traitée à l’insuline doit recevoir une formation par un professionnel de la santé. L’enseignement doit inclure les différentes étapes de la technique d’injection, le traitement et la prévention de l’hypoglycémie, laquelle peut survenir chez toute personne traitée avec de l’insuline.

 

Recherche et rédaction : Cynthia Chaput, Nutritionniste-Diététiste

Révision scientifique : Louise Tremblay, Infirmière. M. Éd.

Juin 2014  (dernière mise jour Janvier 2019)

© Tous droits réservés Diabète Québec