L’apnée du sommeil

L’apnée du sommeil et le diabète de type 2 sont deux conditions qui peuvent avoir des impacts l’une sur l’autre.

L’apnée du sommeil n’est pas directement une complication du diabète, mais l’un des facteurs de risque important commun aux deux conditions est le fait d’avoir un indice de masse corporelle élevé. C’est l’une des raisons expliquant pourquoi plusieurs personnes vivant avec le diabète font également de l’apnée du sommeil.

Les autres facteurs de risque de l’apnée du sommeil sont:

  • Avoir un menton reculé ou fuyant, un visage étroit ou une petite mâchoire ;
  • Avoir une circonférence de cou élevée ;
  • Avoir des antécédents familiaux d’apnée du sommeil ;
  • Être de sexe masculin ;
  • Être âgé de 50 ans et plus ;
  • Être ménopausée ;
  • Avoir des allergies respiratoires ;
  • Consommer du tabac, de l’alcool ou des somnifères de façon régulière ;
  • Avoir une obstruction nasale importante imposant une respiration par la bouche.

Qu’est-ce que l’apnée du sommeil?

Le terme «apnée» signifie une suspension momentanée de la respiration. L’apnée du sommeil se caractérise donc par le fait d’arrêter de respirer en dormant.

La forme d’apnée du sommeil la plus fréquente est l’apnée obstructive. Normalement, durant le sommeil, les muscles qui contrôlent la langue, le palais mou et les parois du pharynx maintiennent les voies respiratoires ouvertes. Cependant, chez les personnes qui font de l’apnée du sommeil, il y a un relâchement de ces muscles. Ce relâchement obstrue, en partie ou en totalité, le passage de l’air vers les poumons, ce qui entraîne un arrêt de la respiration. Les arrêts respiratoires peuvent survenir jusqu’à 30 fois par heure et durer de 10 à 60 secondes !

Quelles sont les conséquences potentielles de l’apnée du sommeil ?

L’apnée du sommeil peut causer des ronflements et une sensation d’étouffement durant la nuit. De plus, les micro-réveils engendrés par les arrêts respiratoires affectent grandement la qualité du sommeil. Ainsi, des symptômes liés à la fatigue peuvent se manifester durant le jour comme de la somnolence, de l’irritabilité, des maux de tête, etc. Si la situation perdure, cela peut mener à des troubles de la concentration ou de la mémoire, une difficulté à vaquer à ses occupations quotidiennes, une diminution de la performance au travail, une augmentation du risque d’accident de la route et même la dépression. En plus des symptômes liés à une mauvaise qualité du sommeil, l’apnée du sommeil augmente les risques de maladies cardiovasculaires et de diabète de type 2.

Y a-t-il un impact sur la gestion du diabète ?

On sait qu’un sommeil perturbé peut entraîner une augmentation de la glycémie à cause des phénomènes suivants :

  • diminution de la sensibilité des cellules à l’insuline ;
  • diminution du fonctionnement des cellules qui produisent l’insuline.

Par ailleurs, un manque de sommeil chronique peut s’avérer néfaste pour la gestion du poids en diminuant la quantité d’énergie dépensée par le corps et en augmentant l’appétit.

Ainsi, l’apnée du sommeil qui n’est pas traitée peut nuire à la gestion du diabète.

Une condition sous diagnostiquée !

On estime que seulement 20% des personnes qui font de l’apnée du sommeil seraient diagnostiquées. Cette faible proportion s’explique entre autres par le fait que c’est une condition qui se développe lentement. De plus, les personnes n’ont pas nécessairement conscience de leurs micro-réveils et la fatigue ressentie est un symptôme qui peut sembler commun et banal pour plusieurs.

Dormez-vous debout ?

Il existe un test simple et fiable qui permet d’évaluer ses probabilités de somnolence ou d’endormissement pendant la journée dans différentes circonstances de la vie quotidienne, appelé l’échelle de somnolence d’Epworth. Cet outil n’est pas un test de dépistage de l’apnée du sommeil, mais il permet d’indiquer la possibilité qu’il y ait un trouble du sommeil nécessitant une consultation auprès d’un médecin ou bien une évaluation plus approfondie auprès de spécialistes du sommeil.

Pour faire le test, cliquez ici.

Quoi faire si vous pensez faire de l’apnée du sommeil ?

La première étape est d’en parler à votre médecin. Celui-ci sera en mesure d’évaluer vos symptômes, votre état de santé et vos antécédents, afin de vous prescrire un test de diagnostic au besoin. Il existe trois tests possibles. Ceux-ci sont remboursés par la Régie de l’assurance maladie du Québec (RAMQ), mais il peut y avoir un délai d’attente. Certaines cliniques privées offrent aussi ces services moyennant des frais.

Nom du testEndroit où se fait le testPossibilité de poser un diagnostic d’apnée du sommeilDescription du test
Saturométrie nocturneÀ la maisonNon. Selon le résultat obtenu un autre test est nécessaire pour confirmer le diagnostic.Dormir avec une pince au bout du doigt qui mesure le taux d’oxygène dans le sang et la fréquence cardiaque.
Polygraphie respiratoire du sommeilÀ la maisonOuiDormir avec un équipement portatif et des accessoires qui mesurent différents paramètres.
Polysomnographie du sommeilDans un laboratoire ou à l’hôpitalOuiDormir dans un laboratoire avec des électrodes et des capteurs installés sur le corps qui mesurent plusieurs données, dont le temps de sommeil, les stades de sommeil, le débit et les efforts respiratoires.

Quel est le traitement?

Une fois le diagnostic d’apnée du sommeil confirmé, le premier choix de traitement est la ventilation par pression positive continue (PPC). Ce traitement consiste à dormir avec un appareil qui pousse de l’air de façon continue dans les voies respiratoires par le biais d’un tube et d’un masque. Le jet d’air crée suffisamment de pression pour garder les tissus ouverts, donc les voies respiratoires ne peuvent s’affaisser ou se fermer. Ceci permet de contrôler les arrêts respiratoires et les ronflements.

Cette machine est communément appelée CPAP en raison de l’acronyme anglais «continuous positive airway pressure».

La machine est portative et peut donc facilement être transportée lors des déplacements à l’extérieur. Les coûts varient entre 1 500 $ et 2 200 $ et peuvent être remboursés en partie par certains régimes d’assurance privés.

Selon les besoins, d’autres traitements de l’apnée du sommeil peuvent être envisagés comme des prothèses, une thérapie positionnelle ou encore des bandelettes nasales.

La majorité des personnes souffrant d’apnée du sommeil qui traitent ce problème rapportent de nombreux bienfaits et une amélioration substantielle de leur qualité de vie.

Des ressources

Au Québec, l’organisation Fondation Sommeil, un organisme sans but lucratif, supporte les personnes vivant avec des troubles liés au sommeil, qu’il s’agisse d’apnée, de narcolepsie-catalepsie (endormissements et paralysie spontanée pendant le jour), de bruxisme (grincement ou serrement des dents pendant le sommeil), du syndrome des jambes sans repos (SJSR), aussi appelé « impatiences musculaires » (douleur ressentie aux jambes qui empêche de dormir), de retard de phase (dyschronie), de somnambulisme, d’insomnie, etc.

Une ligne d’écoute, fournissant de l’information et des références, y est en place. La Fondation Sommeil offre également des programmes de sensibilisation et des conférences.

Recherche et rédaction : Équipe des professionnelles de la santé de Diabète Québec

© Diabète Québec – Août 2020

Références