Ménopause

L’impact des changements liés à la ménopause sur la glycémie peut varier d’une femme à l’autre.

La ménopause joue un rôle sur le contrôle du diabète et la femme diabétique pourrait devoir modifier son traitement durant cette période de la vie pour plusieurs raisons :

  • D’abord, plusieurs changements reliés à la ménopause et à l’âge se produisent durant cette période, comme une augmentation de la masse adipeuse, une diminution de la masse musculaire ainsi qu’une redistribution intra-abdominale de la graisse (plus grande tendance à accumuler du gras au niveau de l’abdomen).
  • De plus, la perte d’hormones qui survient lors de la ménopause, plus précisément de l’œstrogène et de la progestérone, peut faire varier la sensibilité à l’insuline. Conséquemment, cette baisse des hormones sexuelles peut provoquer des fluctuations inattendues de la glycémie et compliquer le contrôle du diabète.

L’impact de ces changements liés à la ménopause sur la glycémie peut varier d’une femme à l’autre.

Conseils pour la gestion du diabète pendant la ménopause

  • Vérifier plus fréquemment votre glycémie
  • Faire de l’activité physique pour éviter la perte de masse musculaire, maintenir votre poids et favoriser un bon contrôle glycémique
  • Adopter une alimentation saine et équilibrée

Attention : Ne pas confondre les bouffées de chaleur nocturnes ou le sommeil perturbé avec les symptômes de l’hypoglycémie. Pour éviter de consommer des glucides inutilement, il est préférable de toujours mesurer votre glycémie avant de traiter l’hypoglycémie.

Hormonothérapie

Si les symptômes de la ménopause sont trop incommodants et nuisent à la qualité de vie, la femme diabétique peut envisager l’hormonothérapie ou d’autres options de traitement avec l’aide de son médecin. L’hormonothérapie remplace les hormones que le corps a cessé de produire.

Œstrogènes avec ou sans progestatifs.

Il a été démontré que la prise d’œstrogènes et de progestatifs (thérapie combinée) chez les femmes ménopausées, diabétiques ou non, augmente le risque de cancer du sein, de thrombophlébite (caillot de sang), d’AVC et de maladie coronarienne.

Le choix de prendre des hormones doit donc être discuté avec un professionnel de la santé en considérant la présence ou non d’antécédents de cancer du sein, de thrombophlébite ou d’AVC ainsi que l’ampleur des symptômes de la ménopause affectant la qualité de vie.

 

Recherche et rédaction : Équipe de professionnels de la santé de Diabète Québec

Juin 2014 (mise à jour Janvier 2019)

© Tous droits réservés Diabète Québec

 

Références :

Unité de médecine de jour métabolique de l’Hôtel-Dieu du CHUM. (2013) Connaître son diabète pour mieux vivre. Montréal : Les Éditions Rogers limitée.

American Diabetes Association. (2014). Sexual health (page consultée le 23 mai 2014) www.diabetes.org/living-with-diabetes/treatment-and-care/women/sexual-health.html