Une nouvelle vision du diabète de type 1

Une découverte canadienne qui permet de mieux comprendre le développement de maladies auto-immunes.

Le système immunitaire est composé de plusieurs types de globules blancs qui aident à combattre les infections et à prévenir le cancer. Toutefois, à l’occasion, le système immunitaire attaque nos propres organes. C’est le cas dans le diabète de type 1, une maladie auto-immune où les globules blancs détruisent les cellules du pancréas qui produisent l’insuline, ce qui entraîne une augmentation du taux de glucose dans le sang.

Deux groupes du Centre de recherche de l’Hôpital Maisonneuve-Rosemont dirigés par la Dre Heather Melichar et par la Dre Sylvie Lesage ont collaboré avec un groupe mené par le Dr Colin Anderson de l’Université d’Alberta afin d’étudier les raisons pour lesquelles les globules blancs détruisent le pancréas et causent le diabète de type 1. Ils ont fait une découverte très inattendue !

En effet, les principaux globules blancs impliqués dans la pathologie du diabète de type 1 sont les lymphocytes T. Il a longtemps été supposé que les souris ou les individus qui développent le diabète de type 1 avaient plus de lymphocytes T fortement auto-réactifs que ceux n’ayant pas de maladies auto-immunes. La nouvelle étude, réalisée chez la souris, indique que ce n’est pas le cas !

Les trois groupes de recherche ont réussi à démontrer qu’il y avait plutôt un nombre accru de lymphocytes T faiblement auto-réactifs. C’est donc le nombre accru de cellules faiblement auto-réactives qui favoriserait le développement de maladies auto-immunes.

Ces nouvelles connaissances enrichissent et alimentent la conception de nouvelles approches thérapeutiques visant à prévenir les maladies auto-immunes.

Accepté pour publication dans la revue Immunol Cell Biol 2021.

https://onlinelibrary.wiley.com/doi/abs/10.1111/imcb.12443

Crédit photo: Memorial Sloan Kettering Cancer Center