Content on this page requires a newer version of Adobe Flash Player.

Get Adobe Flash player

Recherche
Accueil / La recherche sur le diabète / [Comment cultiver des cellules bêta]

Comment cultiver des cellules bêta

Comment cultiver des cellules bêtaDepuis quelques années, la transplantation d’îlots donne de très bons résultats et permet à une bonne partie des gens de vivre sans devoir s’injecter de l’insuline. Cependant, le manque de donneurs est tel que peu de gens ont accès à cette technique, même si elle demeure encore expérimentale.

Plusieurs chercheurs tentent de trouver le moyen de produire des cellules bêta, celles qui produisent l’insuline, en culture. Le problème, c’est d’avoir des cellules qui veulent bien se reproduire en grand nombre. Plusieurs utilisent des cellules souches ou des cellules encore embryonnaires du pancréas, mais, jusqu’à présent, les chercheurs ont de la difficulté à contrôler la production de nouvelles cellules saines.

Le Dr Ji-Won Yoon du Rosalind Flanklin, University of Medicine and Science et le Dr Naoya Kobayachi de l’Université de Yokayama ont décrit, dans un article paru dans la revue Nature Biotechnology, en 2004, la production d’une lignée de cellules « à immortalité réversible » qui fabrique de grandes quantités d’insuline.

Ils ont, dans un premier temps, pris un grand nombre de cellules bêta venant de donneurs différents auxquelles ils ont ajouté un gène qui prolonge la vie de la cellule. Parmi les 250 lignées de cellules immortelles, ils ont cherché celles qui ne se transformaient pas en cellules cancéreuses et celles qui produisaient de l’insuline.

Une seule lignée répondait aux conditions. Une fois que la lignée avait produit un grand nombre de cellules, il restait à bloquer le gène de l’immortalité, donc on parle de la réversibilité. Les cellules ainsi récoltées fabriquent 40 % de la quantité qu’une cellule bêta produit normalement, donc pour répondre aux besoins, il faudrait injecter un plus grand nombre de cellules.

Il faudra attendre entre trois et cinq ans avant de les injecter chez l’être humain, car il faut s’assurer de la qualité des cellules.

Source : Plein Soleil - Hiver 2005. Marc Aras, directeur des communications de Diabète Québec. Mise à jour : mai 2009.

Conditions d'utilisation  ||  Copyrigth © , Diabète Québec  ||  Équipe Internet